A PHP Error was encountered

Severity: 8192

Message: Assigning the return value of new by reference is deprecated

Filename: database/DB.php

Line Number: 133

http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog.html 2017-12-17 04:55:28 FR Les concessionnaires de camping-car.... http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Les-concessionnaires-de-camping-car/116.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Les-concessionnaires-de-camping-car/116.html 2010-07-02 11:07:00 Sabine Canneva Jeudi 17 décembre 2009

 

Toujours chez le concessionnaire, ils ont enfin reçu le bidon, et finalement c’est un 5L. Benji a du les surveiller en permanence. En fait ils n’avaient jamais fait ça, ils lisaient mots à mot la notice sans comprendre la moitié. Benji a du les arrêter quand ils commençaient à vouloir percer du mauvais coté, alors que la notice indique clairement la marche à suivre. Des crétins incompétents, un peu des cotorep. Là encore on se sent démunis, obligés de passer par des « professionnels » parce qu’on n’a pas le matériel pour découper la carrosserie, et faire les branchements. Ce matin on leur a demandé de démonter les batteries pour vérifier l’eau, ce qui pourrait expliquer nos problèmes d’autonomie, et là encore le sketch : ils étaient à 3 pour démonter les batteries, avaient l’air de ne pas savoir comment faire. Il a fallu les engueuler parce qu’on ne voyait pas d’eau dans la batterie et ils ne voulaient pas en remettre. Finalement, la commerciale qui parle anglais est venue, et a managé le gars en lui tenant les boulons jusqu’à la fin. A 12h18 pour eux, elle commence à nous dire « ça va être l’heure du déjeuner, ils continueront cet après- midi… », alors là j’explose, en leur disant que ça prenait 10 minutes de débrancher une batterie, qu’il n’était pas question qu’on repoiraute encore 2 heures alors qu’on est là depuis 24 heures.

concessionnaire.JPG

Surprise lorsqu’on va payer, les 5 litres de méthanol sont facturés 48 euros !! 30 euros plus 18 euros de transport. Là aussi je m’explique prestement avec la commerciale, le catalogue de l’entreprise allemande qui nous a vendu la pile facture les 5 litres 17 euros !

Bon on a payé, pressé d’en finir.

 

On trouve un camping où vidanger rapidement et on s’aperçoit qu’il n’y a plus du tout de courant dans la cellule !! 24heures chez un concessionnaire, une facture salée, des incompétents, et en plus, ils ne sont pas fichu de faire un boulot correct !! Deux cosses des batteries étaient parties !! Les bouffons du concessionnaire n’avaient même pas réussi à remettre comme il fallait les 2 batteries.

Je commence à me dire que décidemment entre notre vendeur SLC, ceux de Séville et le pompom : ceux du Portugal, les concessionnaires de camping-car me font pitié. N’y a-t-il que des incompétents ?? J’avais lu sur un forum que les vendeurs de camping-car sont un mélange entre vendeurs de voitures et vendeurs de maisons, donc doublement roublards ! Les concessionnaires gagnent de l’argent en vendant des véhicules neufs, ce qui est beaucoup plus rentable que de payer des vrais mécanos qui savent réparer un camion. 

]]>
Pourquoi une boussole ? http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/-Pourquoi-une-boussole-/90.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/-Pourquoi-une-boussole-/90.html 2010-06-02 09:29:17 Sabine Canneva

Le gps, outil moderne doit bien nous servir ? Tient, ça aussi a été l’objet d’une réflexion approfondie sur le cout/avantage de cet outil : doit-on prendre un gps Europe alors que nous allons « à l’aventure », et qu’un gps ne va qu’aux adresses qu’on lui indique. De plus, dans certains pays, il n’est pas complet, et n’a en mémoire que les grands axes, pas mieux qu’un atlas Michelin. Finalement, le gps nous a bien servi, même dans ces contrées, et encore plus pour la suite de notre voyage. Il nous emmène dans les centres des villes en nous enlevant cette part de travail de navigation. Nous ne sommes pas là pour perdre notre temps à trouver la bonne sortie d’autoroute, ou scruter les panneaux sur le rond-point. Il fait ce travail et Benji commence à bien le cerner et donc éviter les erreurs de parcours à cause d’une incompréhension sur ses indications pas toujours limpides « tournez légèrement à droite… ». Mais ce n’est pas pour le parcours que nous avons décidé d’acheter une boussole. C’est pour la parabole ! Elle doit trouver son satellite et pour gagner du temps (de l’énergie, de l’énervement, etc, etc !), on a repéré la direction du satellite géostationnaire, 120°E, et il suffit d’en tenir compte pour se garer. Là aussi, outil « rentable », on sort la boussole à chaque fois, et on trouve à chaque fois notre satellite en moins de 10 minutes !

]]>
Les concessionnaires de camping-car.... http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Les-concessionnaires-de-camping-car/115.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Les-concessionnaires-de-camping-car/115.html 2010-06-01 11:07:00 Sabine Canneva Jeudi 17 décembre 2009

 

Toujours chez le concessionnaire, ils ont enfin reçu le bidon, et finalement c’est un 5L. Benji a du les surveiller en permanence. En fait ils n’avaient jamais fait ça, ils lisaient mots à mot la notice sans comprendre la moitié. Benji a du les arrêter quand ils commençaient à vouloir percer du mauvais coté, alors que la notice indique clairement la marche à suivre. Des crétins incompétents, un peu des cotorep. Là encore on se sent démunis, obligés de passer par des « professionnels » parce qu’on n’a pas le matériel pour découper la carrosserie, et faire les branchements. Ce matin on leur a demandé de démonter les batteries pour vérifier l’eau, ce qui pourrait expliquer nos problèmes d’autonomie, et là encore le sketch : ils étaient à 3 pour démonter les batteries, avaient l’air de ne pas savoir comment faire. Il a fallu les engueuler parce qu’on ne voyait pas d’eau dans la batterie et ils ne voulaient pas en remettre. Finalement, la commerciale qui parle anglais est venue, et a managé le gars en lui tenant les boulons jusqu’à la fin. A 12h18 pour eux, elle commence à nous dire « ça va être l’heure du déjeuner, ils continueront cet après- midi… », alors là j’explose, en leur disant que ça prenait 10 minutes de débrancher une batterie, qu’il n’était pas question qu’on repoiraute encore 2 heures alors qu’on est là depuis 24 heures.

concessionnaire.JPG

Surprise lorsqu’on va payer, les 5 litres de méthanol sont facturés 48 euros !! 30 euros plus 18 euros de transport. Là aussi je m’explique prestement avec la commerciale, le catalogue de l’entreprise allemande qui nous a vendu la pile facture les 5 litres 17 euros !

Bon on a payé, pressé d’en finir.

 

On trouve un camping où vidanger rapidement et on s’aperçoit qu’il n’y a plus du tout de courant dans la cellule !! 24heures chez un concessionnaire, une facture salée, des incompétents, et en plus, ils ne sont pas fichu de faire un boulot correct !! Deux cosses des batteries étaient parties !! Les bouffons du concessionnaire n’avaient même pas réussi à remettre comme il fallait les 2 batteries.

Je commence à me dire que décidemment entre notre vendeur SLC, ceux de Séville et le pompom : ceux du Portugal, les concessionnaires de camping-car me font pitié. N’y a-t-il que des incompétents ?? J’avais lu sur un forum que les vendeurs de camping-car sont un mélange entre vendeurs de voitures et vendeurs de maisons, donc doublement roublards ! Les concessionnaires gagnent de l’argent en vendant des véhicules neufs, ce qui est beaucoup plus rentable que de payer des vrais mécanos qui savent réparer un camion. 

 

]]>
Bricolage! http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Bricolage/74.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Bricolage/74.html 2010-05-21 15:51:00 Sabine Canneva bricole.JPG  Clipboard.jpg

Clipboard_benji.jpg

]]>
Chez Darty; à la recherche du Wi Kook, aventure! http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Chez-Darty-la-recherche-du-Wi-Kook-aventure/97.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Chez-Darty-la-recherche-du-Wi-Kook-aventure/97.html 2010-05-16 13:01:00 Sabine Canneva J'ai épluché le marché de la cocotte minutes: Seb, Tefal, et consorts avant de tomber sur LE produit qui me convenait: une casserole WiKook. Petit, il a un couvercle sous pression, même si c'est 3 fois moins qu'une cocotte-minute, il a l'avantage d'être plus compact et moins lourd qu'une grosse cocotte, et surtout, il s'ouvre beaucoup plus facilement puisqu'il n'a pas autant de pression.

L'intérêt pour moi est d'avoir quelque chose de petit mais qui économise un peu de gaz et de temps de cuisson. Je peux faire bouillir l'eau, mettre les pâtes et refermer le couvercle, couper le gaz au bout de 5 minutes, les pâtes continuent de bouillir même sans feu. En gros, les temps de cuisson du WiKook sont la moyenne entre une casserole classique et une cocotte-minute, un habile compromis.

La théorie d'Ivan Illich sur la convivialité me saute encore aux yeux dans ces magnifiques grands magasins comme Darty sur la question de « maitriser son outil ». De même à la pharmacie. Personne n'aurait l'idée de penser qu'un vendeur de Darty et une pharmacienne font le même métier. Pourtant, ils tripotent tous 2 le même logiciel de gestion de stocks en flux tendu, les mêmes machines à payer, la pharmacienne devant un peu plus connaître ses produits que le vendeur de Darty qui peut toujours lire l'étiquette de la cafetière pour dire au client que oui, celle-ci fait bien du café....

Les pauvres vendeurs des grandes chaines sont tellement déresponsabilisés qu'aucun ne connaissait ma nouvelle cocotte révolutionnaire. Je pense que ça ne les intéresse absolument pas de lire le catalogue de leur marque pour voir les nouveautés. Ils ne sont pas là pour s'y connaître en électroménager, ils sont là pour accomplir des « process-qualité ». Ils ne sont même pas là pour « vendre » au sens marketing. Les gars sur les marchés, eux savent vendre. Ils ont les bonnes vieilles techniques de démonstration, d'accroche, de relance, bien lourdes, mais ça marche, et ils vendent un balais-qui-lave-tout-seul à la sueur de leur front. Surtout, ils savent ce qu'ils vendent. Chez Darty, ils ne savent pas ce qu'il y a en rayon, alors leur demander si ça marche bien, faudrait pas trop leur en demander.

 

Darty Italy 2, Montparnasse, Odéon, Darty La Madeleine (et celui là, c'est costaud à trouver, il est planqué sous l'église de la Madeleine, et il faut rentrer par le parking souterrain...)

Je les fais tous, leur site m'indique qu'ils en ont en magasin, mais sur place, impossible de mettre la main dessus. A chauque fois, j'observe le rayon casseroles du magasin, et, bredouille, (sûre qu'il n'y a pas mon WiKook en rayon), je vais voir un vendeur qui me répond invariablement « on va aller voir ».... donc nouvelle vérification, qui conclut, comme moi qu'il n'est pas en rayon. C'est enfin à la Madeleine, après avoir traversé le parking, l'accès du métro, descendu les étages, et parcouru des kilomètres sous terre, que je vois un malheureux WiKook tout seul sur une étagère. Je me rue dessus, je le sers dans mes petits bras, et je vais voir un vendeur pour lui demander la même chose. Surpris de voir ce truc qu'il n'avait jamais remarqué, il cherche (encore une fois dans son logiciel, et encore une fois sans tenir compte de la bonne référence, il s'y reprend donc à plusieurs fois avant de trouver LA bonne référence, que je lui avais pourtant indiquée) et m'indique qu'il ne reste plus que celui là, le modèle d'exposition. Après tous ces kilomètres en métro pour trouver ma casserole, je l'a prends quand même, et arrivée à la caisse, on m'indique qu'elle ne coute pas 80 euros, mais... 25! Bon, au moins, même s'il faudra changer le joint en caoutchouc, j'ai fait une bonne affaire: trouver l'outil dont j'ai besoin et en plus à ¼ de prix!

 

Je me disais que j'ai adopté un comportement inverse de ce que le markéting cherche à faire. Même pour des biens d'équipement durables, les magasins poussent toujours à l'achat impulsif plutôt qu'à l'achat réfléchi. Une cliente qui vient en disant « je veux la référence X à tant d'euros de telle couleur, je sais que vous l'avez, j'ai regardé dans vos stocks »... cette cliente, c'est moi, mais dans la vraie vie elle n'existe pas. Le vrai client c'est plutôt « tient regarde chérie, elle est belle cette casserole, tu en voulais une, on l'achète? » sans savoir si c'est le mieux pour eux ou pas.

 

Pour moi, c'est juste une façon d'utiliser de manière raisonnée la société de consommation. Je trouve ça assez bien quand même de pouvoir acheter des tas de biens d'équipement partout à coté de chez moi, à des prix accessibles. Je n'ai donc pas vraiment envie d'un « retour » comme on croit à tort à propos de la décroissance. Plutôt d'une utilisation cohérente. Internet peut justement servir à l'information du consommateur s'il prend la peine de ne pas acheter tout et n'importe quoi. Depuis plusieurs générations déjà, l'Europe a l'habitude de l'abondance, et comme toute chose ancienne, tout un chacun devrait maitriser ce « nouvel » environnement. Pourtant, non, les consommateurs de base achètent toujours n'importe quoi parce qu'on leur montre à la télé ou sur des têtes de gondoles.  

]]>
Choisir un camping-car! http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Choisir-un-camping-car/95.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Choisir-un-camping-car/95.html 2010-05-16 12:32:00 Sabine Canneva Reste à déterminer quel type de véhicule il nous faudrait et si on peut vivre là dedans, alors que nous n’avons jamais mis les pieds dans ce genre de camion !

On se lance à l’aventure, sans même pas en louer un pour tester puisque de toute façon ce ne sera pas la même disposition que celui qu’on pourrait acheter, et surtout les locations sont très chères. Je survole des dizaines de récit de voyageurs en camping-car. Si l’idée de vivre dans un espace si petit me fait un peu peur, je réalise que beaucoup l’ont déjà fait pendant plusieurs mois, et même avec des enfants. S’ils ont réussi à vivre des mois à 5 dans 12 mètres carrés, pourquoi pas nous ? Ma chambre de Paris n’est pas forcément plus grande et nous nous y organisons pas si mal.

Je décortique ce qui se fait dans ce domaine, et je vais même en voir dans le concessionnaire le plus proche de Paris. On va finalement voir un concessionnaire près de Chartres où nous en visitons une bonne cinquantaine. Le choix est assez rapide : on élimine tous ceux où Benji touche le plafond en se tenant debout, et ça représente une bonne partie des camions. On se décide pour une capucine, lit au dessus du poste de conduite. J’avais peur au départ que dormir dans un si petit espace soit pénible. Finalement en visitant plusieurs camping-cars, on se rend compte que les lits à l’arrière sont souvent moins longs et que l’espace au-dessus n’est pas forcément plus important que dans une capucine. Le gros avantage de la capucine est que le reste du camion est libre pour y vivre, et qu’il n’y a pas de manipulation à faire pour libérer  un lit.

On élimine ensuite ceux qui sont trop chers. Reste une quinzaine de véhicules, tous d’une bonne dizaine d’années, avec des implantations diverses. En effet aujourd’hui les camping-cars ont essentiellement 2 implantations différentes avec quelques variantes, mais sans la moindre originalité. A cette époque, les constructeurs étaient plus créatifs : lits superposés dans un sens ou dans un autre, porte à l’avant ou à l’arrière de la cellule, une seule dinette (table et siège) ou deux, à l’avant ou à l’arrière, ou une à l’avant, l’autre à l’arrière, etc, etc. Je fais un tableau en recopiant les annonces du site du concessionnaire pour pouvoir croiser tous les critères : prix, kilométrage, année et implantation.

Finalement, leur prix et kilométrage sont très proches, nous nous décidons très vite sur l’implantation qui nous parait la plus pratique et la plus naturelle : porte à l’avant qui donne sur une première dinette, et grand salon panoramique à l’arrière. Nous aurons donc un 3 pièces cuisine :

Une chambre dans la capucine, une salle à manger à coté de la cuisine, assez grande puisqu’elle peut contenir 4 personnes, et un bureau à l’arrière très vaste, sans compter bien sûr une salle de bain.

 

]]>
départ: équipement et trajet http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/dpart-quipement-et-trajet/96.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/dpart-quipement-et-trajet/96.html 2010-05-15 12:36:00 Sabine Canneva L’équipement

Je m’atèle à trouver l’équipement du camping-car. Pas forcément évident de savoir de quoi on va avoir besoin précisément puisqu’on n’a jamais voyagé en camping-car. Je passe des heures sur les forums, « camping-car info » en particulier, pour chaque question que je me pose ; mais on va de toute façon devoir s’adapter, et éventuellement racheter du matériel en route, c’est pour ça que je préfère ne pas acheter trop de choses pour le moment.

Un des sujets est de trouver une cocotte-minute. On sera relativement limités en gaz, il serait donc judicieux de pouvoir limiter au maximum le temps de cuisson. Je fais le tour du marché de la cocotte-minute. En fait, il n’y a pas une offre très large : la cocotte classique inventée dans les années 1950, très grosse et très lourde, et quelques cocottes modernes Tefal avec des couvercles dans tous les sens. Mais en gros, c’est toujours un budget conséquent et l’ustensile me parait très gros et lourd pour la place dont on dispose. Je finis par tomber sur une casserole Tefal Wikook. Apparemment personne ne connaît vraiment. C’est finalement une « demi cocotte-minute » puisque la pression ne monte pas autant que dans une vraie cocotte. L’intérêt c’est que c’est beaucoup plus petit, et plus facile à manipuler. J’hésite, je compare. Après avoir cherché dans trois magasins Darty et sur internet, j'ai enfin mis la main dessus au Darty la Madeleine pour 25 euros, au lieu de 80! C’était le modèle d’exposition. Reste à l'essayer maintenant.

 

Trajet:

J'ai commencé les recherches sur les pays et les trajets:

Nous commencerons le voyage par l’Andalousie puisqu’on a loué une maison du coté de Grenade, région que connaît bien Benji pour y avoir passé plusieurs étés en famille. On avait loué cette maison au printemps pour se reposer après que Benji ait arrêté son boulot. Finalement, on fait une pierre deux coups : on va partir directement en camping-car là bas et commencer le périple par l’Espagne.

Après l'Andalousie, il y a plusieurs solutions, j'avais pensé au départ faire le tour de l'Espagne par l'Est et la Méditerranée. Je pense qu'il vaut mieux commencer le périple par l'Ouest ; et le Portugal, pour ne pas se retrouver trop tard dans des régions qui pourront être montagneuses donc froides.

On compte enchainer sur l’Italie, mais en plein hiver, cela risque d’être pénible. Je regarde la carte d’Europe, je réfléchis une minute et je me dis qu’il suffirait de traverser la Méditerranée pour avoir plus chaud pendant les mois les plus froids de l’hiver. Je me précipite donc sur mon fidèle internet pour vérifier mon idée : le Maroc en camping-car est une idée des plus classiques et courantes !! des centaines de Français l’ont eu avant moi, il existe des campings, des guides, des circuits dans ce pays, c’est donc tout à fait confortable et pratique.

Si nous allons au Maroc, raison de plus pour partir au départ vers l’Ouest puisque nous passerons forcément par la Costa Brava en remontant du Maroc, aucun intérêt donc de passer 2 fois au même endroit.

L'idée est donc de partir vers Séville, puis le Sud du Portugal. Remontée vers le Nord en zigzag dans la largeur du Portugal en fonction des sites. Saint Jacques de Compostelle, la Galice et redescente vers le Sud. Reste à définir par quel trajet parcourir l'Espagne du Nord au Sud.

Début décembre, passage au Maroc. J'ai trouvé un grand circuit de 3300 km dans un guide qui me paraît très adapté. Longer toute la cote Atlantique jusqu'à Agadir, et remonter vers le Nord par l'intérieur du pays. Ça donne une vision globale très complète du pays sans perte de kilomètres.

Mi-janvier: remontée de la cote Est de l'Espagne par Barcelone, ce qui sera le moment le plus froid de l'année mais sur la cote Méditerranée, ça devrait être supportable.

Ensuite, toute la côte d'Azur avant d'arriver en Italie en février.

La suite dépend des priorités qu'on met: est-ce qu'on descend toute l'Italie, ou est-ce qu'on va directement en Croatie pour se laisser un peu de temps et de km pour aller jusqu'en Turquie, Arménie et Europe de l'Est?  « Zaper » l'Italie aurait ma préférence, assez curieusement. D'abord, j'ai déjà vu Rome, et l'Italie étant la porte d'à coté, il me semble qu'il vaut mieux aller loin avec le camping-car pendant qu'on en a l'occasion. On peut retourner en Italie un été quand on aura trois semaines de vacances si jamais un jour on reprend une vie « normale ».

Etapes à suivre: Croatie, Albanie et Grèce

Arrivée prévu en Grèce: fin mars.

Ensuite, reste à déterminer ce qu'on veut voir en Europe, même si ce n'est pas extrêmement urgent pour le moment!

]]>
Configuration chaude ! http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Configuration-chaude-/60.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Configuration-chaude-/60.html 2010-04-22 11:35:20 Sabine Canneva Le sud nous accueille encore aujourd'hui, avant que l'on remonte doucement vers le Nord. Le sud avec sa lumière qu'on ne connaît pas au dessus de la Loire, et son soleil qui tape... et oui, nous avons poussé les limites de notre camping-car à peu près jusqu'au bout :

En matière de gabarit, on est passés à peu près partout où il pouvait matériellement passer, et même plus puisque nous mesurons désormais 10 cm de moins en largeur grace au sacrifice des luminions qui n'ont pas résistés à divers murs et poteaux. On n'a que deux luminions, mais on a réussi à les casser trois fois. Au moins, une fois qu'ils sont cassés, on peut retaper dessus, ça ne casse plus rien !

De même qu'en matière de puissance : les cols des Alpes montés à 40 km/h, les montées en Croatie montés en première, on a cru qu'on allait devoir le pousser, les descentes à 15%, les routes bosniaques où il manque juste le goudron.

En matière de température, nous avons testé le froid, et on en a déduit que le camion n'est pas fait pour le froid ! En fait, il n'a pas isolé, ou si peu. Nous sommes descendu à 0,5°C dans la cabine. A l'inverse, il n'est pas non plus isolé pour le chaud... c'est peut être même pire puisque si on peut chauffer quand il fait froid, on ne peut qu'aérer quand il fait chaud, et ce n'est pas forcément efficace !

8°C ce matin, il faisait 30°C hier après-midi.... On entend les murs craquer quand la température redescend. J'attends avec impatience de sentir le plastique fondre... ;)

]]>
Bientôt la fin... http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Bientt-la-fin/59.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Bientt-la-fin/59.html 2010-04-19 22:28:36 Sabine Canneva de Regards sur Ailleurs, 2eme voyage. Nous achevons notre périple de printemps par la France, les Cévennes pour le moment, avant de remonter doucement vers le Nord.

Un voyage avec des conditions nettement plus faciles que lors de notre premier périple en Espagne et au Portugal en novembre et décembre, non sans blague, c'est mieux quand il fait 25°C?....

C'est donc presque dommage de s'arrêter en si bon chemin alors qu'on est lancés, rodés, entrainés, motivés et inspirés! Mais on a des rendez-vous de toute façon la semaine prochaine, donc on est obligés de rentrer.

Et on commence surtout à découvrir un nouveau phénomène qui nous laisse pantois ; c'est la sortie des camping-caristes. Bien sûr, on en a déjà croisé des quantités dans les campings, dans les aires, sur la route ou sur les parkings, mais avec le beau temps, les retraités sont de sortie, comme ce matin sur le seul parking autorisé aux véhicules plus de 2,5 mètres de haut (quelle segrégation !) à Avignon.

Quelques camions se rassemblent à cet endroit où une navette gratuite vous emmène au palais des Papes pour la visite. Entre deux rocades et un pont, ambiance parking, ce n'est pas là que j'aurais eu envie de passer l'après-midi. Et pourtant, à notre retour vers midi, ne voit-on pas un camping-car auvent, tables, chaises, gamins sortis, pinard sur la table, et v'la ti pas que je déjeune tranquillou sur le parking au soleil.... Tandis que le gros camping-car à 70.000 euros faisait manouche à coté avec la serviette de bain mise à sécher sur la fenêtre...

Différence d'éducation ?... d'habitude ?

Leur comportement nous a choqué, d'autant plus peut-être qu'on vit aussi dans un camping-car depuis plusieurs mois, justement un véhicule qui a 15 ans, beige sale, surtout après notre périple en Bosnie, les roues pleines de boues, les 2 luminions arrières cassés, un bout de pare-chocs en moins, et pas un magnifique four à micro-ondes métallisé.

En fait, on a sorti l'auvent et les chaises une seule fois, c'était dans un camping en Croatie, et il n'y avait personne. C'était tout à fait moche, nos chaises sont bleues, la table beige, ambiance « cas-sociaux on attend les allocs ». En plus on y passe un temps fou : ouvrir le coffre et c'est pas pratique, sortir la manivelle, couicouicouic pendant 5 minutes pour déplier la toile, mettre les piquets, demander à mon grand mari de tenir le bazar à 3 mètres de haut, sortir les chaises de la housse décathlon, les ouvrir, ensuite au tour de la table, et sans se pincer les doigts... bref, avec le reste de l'installation, on en a pour 3/4h. Autant dire que c'est une activité à temps plein pour des camping-caristes en vacances.

A peine plus loin dans la campagne, après avoir croisé des dizaines de véhicules sur la route, on en retrouve des essaims sur le bord de routes à proximité des sites touristiques. De même sur les aires, comme il existe des fichiers, des gps, et des sites internet où trouver les aires, et que tout le monde en dispose, ils se rassemblent mécaniquement. Pire, le camping-car appelle le camping-car, c'est un peu comme les chiens, ils sont potes entre eux. Plusieurs fois nous en avons fait l'expérience : le temps de visiter quelque chose, et un camping-car s'est collé à nous sur un parking vide. Le plus drôle, à Sault, ce phénomène se produit, et comme nous restons dans la cabine à téléphoner, le colleur qui s'est garé devant nous fait sortir la copilote pour le guider à la manœuvre.  « vas-y, vas-y recule, Stoooop !!! », mais la rue était en pente, le camion recule encore un peu avant de repartir, puis freine à nouveau et cette fois il recule de 50 cm et nous rentre carrément dedans !! Bobonne aurait pu rester au chaud.

On se rend compte alors de la véritable nuisance qu'ils provoquent par leur nombre. Un camping-car est beaucoup plus large et plus long qu'une voiture, genre gros frigidaire ; ils prennent non seulement plus de place, mais sont capables de rester des jours et des jours si le parking leur plait !! On avait lu sur les forums les interminables discutions sur ceux qui critiquent cette situation justement, et qui moquent les centaines (oui, les centaines...) de véhicules qui s'installent sur certaines parties des littoraux tout l'été. J'avais du mal à croire qu'on puisse s'agglutiner à autant de monde, dans un mode de déplacement soi-disant libre. Le camping-car n'est-il pas la liberté ?

Et pourtant, à voir dès fin avril le nombre de camions sortis, je n'ai plus trop de mal à imaginer la marée blanche-carrosserie qui peut s'abattre sur certaines villes.

Voilà donc la raison qui nous fait un peu passer la tristesse de devoir arrêter notre périple : on rentre quand les aires vont être prises d'assaut, quand tous les parkings auront des barres de hauteur pour chasser ces gêneurs, et qu'on ne pourra plus se garer tranquillement sur un parking sans se faire remarquer. 

]]>
Ha les campings caristes ! un vaste monde ! http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Ha-les-campings-caristes-un-vaste-monde-/57.html http://blogsab.regards-sur-ailleurs.fr/blog/Ha-les-campings-caristes-un-vaste-monde-/57.html 2010-04-18 08:16:00 Sabine Canneva On a même la joie d'avoir un petit coucou d'un de nos voisins d'aire (commentaire de Jean Pierre), j'espère que ce n'est pas celui qui a fait tourner son groupe électrogène toute la nuit !! ;)))

Le groupe électrogène est un formidable déclencheur de commentaires sur les forums dédiés, donc je m'amuse un peu à mettre le pavé (pardon, le groupe) dans la marre (ça va le griller, chouette...)

Nous sommes partis vite ce matin, pour aller visiter la maison d'Alexandra David Nèel, grande exploratrice super connue.... que nous avons découverte la veille, pour être honnête. Il parait même qu'une association de camping-caristes est venue faire une visite pèlerinage.

Quand on arrive devant sa maisonnette transformée en musée-magasin, on se trouve nez-à-nez avec un bâtiment plein de banderoles pour des séances ayurvédiques, du zen, des ventes de babioles « bien être ». Il suffit de lire quelques minutes la biographie d'Alexandra David Nèel pour être un peu perplexe. Née en 1868, elle part vers l'Asie : le Tibet, alors fermé aux étrangers, en Chine, et en Inde. En tout, elle a voyagé une trentaine d'années, dans des conditions toujours spartiates, à la recherche des peuples, de leur philosophie, de leur sagesse. 28 livres, 100 ans de vie, un seul mari, elle a fini sa vie riche dans cette petite maison de Digne, bien loin d'un concept superficiel de bien être et d'encens parfumé. Enfin, il faut bien vivre....

]]>